Quartier Drouot - BoAt

Voilà 138 jours que le BoAt « Bosco Atelier » a été inauguré en grande pompe et force est de constater que ça ne marche vraiment pas fort.

Prononcer le mot "BoAt" est devenu presque une insulte dans le quartier Drouot, face à ce lieu non identifié, cette coquille vide les dents grincent et les critiques fusent de toute part. Soit BoAt et tais toi...

Ce qui se dit :

Panique à bord et branle-bas de combat dès que de rares jeunes ou habitants plus âgés mettent timidement le pied dans cet endroit qui au fil du temps se bunkérise, se replis sur lui-même et cela jusqu’à fermer le piano à clef, les personnes du quartier sont souvent empêchés d’accéder au lieu et cela sous prétexte de réunion.

Des horaires et un contenu inadaptés : fermé le lundi, mardi matin et vendredi après-midi, le restant du temps des ouvertures aux heures de bureau : 9h-12h / 14h-17h. Au départ, les promoteurs de ce lieu défendaient l’idée d’une Maison de projets et de l’emploi, manifestement l’aspect "projets" a été oublié en cours de route... et pour "l'emploi" c'est la célèbre et sempiternelle question : "Anne, ma sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?". 

Ils veulent que les habitants créer leur entreprise, que ceux qui sont censés montrer l’exemple créer déjà leur activité et par la même occasion nous embauchent.

L’accès au Laboratoire Numérique pour les initiations informatiques, photo, vidéo et impression 3D est payant (7 € étudiants et demandeurs d’emploi / 15 € tarif normal pour 2h avec inscription préalable à Sémaphore au centre-ville), c’est une véritable barrière pour nous empêcher d’utiliser cet équipement.

Statistiquement, il parait que 30 % des inscriptions à ce Laboratoire Numérique proviennent du quartier Drouot-Jonquilles. Les chiffres sont comme les gens. Si on les torture assez, on peut leur faire dire n'importe quoi (30%/?), d’ailleurs personne ne vérifie.

Les salariés du lieu avouent qu’ils ne sont pas formés pour intervenir dans ce genre de quartier et visiblement plus à l’aise avec un public docile venant de l’extérieur. Un espace désespérément vide et manifestement surdimensionné pour sa mission qui ne nécessite au demeurant qu'un petit bureau.

Afin que le BoAt est une réelle utilité et un avenir prometteur, il est nécessaire et urgent de repenser ses orientations et cela en réel concertation avec les habitants et les structures du quartier.