Quartier Drouot - BoAt

Quelques nouvelles de notre très cher BoAt en caoutchouc. Pour le moment, cette inconsistante embarcation est toujours désespérément en cale sèche.

Information de premier plan, le Laboratoire numérique intergénérationnel et solidaire géré par Sémaphore accueillera, de temps en temps, une classe de 4e du collège Saint-Exupéry. Cependant, pour le commun des habitants, aucun changement, les conditions restent toujours inappropriées : 7 € étudiants et demandeurs d’emploi / 15 € tarif normal pour 2 heures d’initiation et cela avec inscription et règlement préalable à Sémaphore au centre-ville.

Depuis presque un mois, Chloé Gignet, chargée de développement économique des quartiers prioritaires a disparu des sonars.  Elle a fait le choix, à juste raison, de se tenir à distance du BoAt et cela pour réclamer des moyens humains et matériels.

Sans autre explication, après un mois de bons et loyaux services, le vacataire qui avait été embauché quelques heures par semaine pour faire de la médiation au BoAt, a été mis en fin de contrat… Sans commentaire. 

Les interminables bavardages, verbiages, jérémiades et autres réunionites se succèdent et cela sans remettre en cause les orientations actuellement inadaptées du BoAt. Faut-il préciser, que les habitants et la majorité des structures du quartier, ne sont pas conviés à ces petites causeries. Contre vents et marées et surtout pour ne pas froisser l’orgueil des grands penseurs à l’origine de ce lieu, on préfère jouer les autruches et continuer, vaille que vaille, d'aller droit dans le mur. Contrairement à ce que veulent faire croire certains, soucieux de désigner des boucs émissaires, peut-être pour masquer leur propre débâcle, l’échec du BoAt n’est pas imputable aux habitants, ni aux structures du quartier.