Quartier Drouot - Chloé Gignet

C’est officiel : Chloé Gignet, chargée de mission développement économique des quartiers prioritaires M2A, s’en va.

7 mois après son arrivée au BoAt dans le quartier Drouot, Chloé Gignet ferme la porte, mais ne la claque pas. Depuis plusieurs mois, Chloé Gignet demandait, réclamait des moyens humains et matériels pour pouvoir assurer un travail de qualité à la hauteur des enjeux et pour adapter le BoAt (Bosco Atelier) aux besoins du quartier. Elle n’a visiblement pas été suivie et soutenue par les élus concernés par le dossier. 

L’apathie de la collectivité aura certainement eu raison de Chloé. Pour faire bouger une minuscule brindille, il faut un déploiement d’énergie énorme, se battre contre la pesanteur politique et administrative qui sont souvent en contradiction avec la réalité et l’urgence des situations sur le terrain. Un système plutôt sclérosé qui a la particularité de fatiguer, d’user même les meilleures volontés. Combien a coûté tout cela ? La démission de Chloé Gignet, illustre une nouvelle fois, à tout point de vue, un beau gâchis.  

Chloé insiste, les yeux embués et la voix légèrement tremblante : « Ce que je ne veux absolument pas, c’est que les habitants ou les structures puissent penser que c’est à cause d’eux que je pars, ce n’est absolument pas le cas. J’ai fait de belles rencontres humaines dans ce quartier, j’aurais voulu faire d’avantage ». Chloé, n’est pas amère et considère cette expérience comme ayant été formatrice et instructive. Elle remercie aussi au passage chaleureusement, la hiérarchie de son service (Emploi et Attractivité), pour sa sincère confiance et sa bienveillance à son égard et assure quelle gardera aussi le contact avec. 

Le départ anticipé de Chloé Gignet, vient se rajouter à la longue liste des personnes qui ont démissionné de leur poste dans le quartier et cela parce que les moyens, la volonté politique et administrative n’étaient pas au rendez-vous.

Quelles vont être les nouvelles orientations du BoAt ? Les attentes des habitants et structures du quartier seront-elles (enfin) entendues ?  

Chloé, ce n’est qu’un au revoir…